Aller à :
Introduction - Les TIC, est-ce réellement efficace? - Les approches gagnantes - Les TIC en sciences humaines - Conclusion - Bibliographie
Les TIC ont bien leur place en éducation. Dans certaines disciplines, leur intégration se fait de plus en plus marquante. On utilise des tableaux interactifs et toutes sortes de ressources pédagogiques qui fournissent une mise en disposition élevée. Toutefois, quelle est la place des TIC dans les cours de sciences humaines?

Une nécessité?

Mais pourquoi parle-t-on de TIC en sciences humaines? En fait, il s'agit d'une approche intéressante qui présente beaucoup de potentiel. D'abord, Karsenty et Larose (2005) parlent de l'idée du village global. En fait, cette idée est reprise au sein même du programme d'étude du Nouveau-Brunswick en sciences humaines. Selon Karsenty et Larose (2005), les TIC à l'état actuel présentent réellement cette réalité qui est le village global.

Aussi, les TIC font partie intégrante du programme d'études du Nouveau-Brunswick. Il s'agit d'un résultat d'apprentissage transdisciplinaire, qui touche pour autant toutes les disciplines scolaires, y compris les sciences humaines. Pour le secondaire, le programme prescrit notamment le développement d'un esprit critique et d'un sentiment de confiance envers les TIC, une bonne saisie du clavier, la capacité de naviguer et de communiquer convenablement, l'expression par les logiciels et la conception de présentations orales et de pages web (MENB, 2005). Autrement, les élèves devraient être en mesure de se servir de ces moyens, tant en ce qui concerne les sciences humaines que les autres disciplines scolaires.

Résultats d'apprentissage
En histoire et en géographie, les résultats d'apprentissage touchent diverses compétences, tant en ce qui concerne les habiletés propres à la discipline, mais aussi des compétences propres à la citoyenneté, tant dans une discipline que dans une autre. En fait, le programme de géographie traite principalement de l'interprétation des enjeux territoriaux en passant par la lecture de l'organisation du territoire. À cela s'ajoutent les habiletés techniques, qui concernent la lecture de cartes et l'établissement de liens entre l'actualité et les cours de géographie (MENB, 2005)

Les cours d'histoire ont une approche similaire, mais visent plutôt une analyse temporelle. En fait, la méthodologie historique est à l'étude, mais aussi l'analyse de documents et l'établissement de liens entre les événements et les sociétés. Rappelons aussi le rôle des repères historiques pour l'éducation à la citoyenneté (MENB, 2006). Quoi qu'il en soit, comment atteindre ces objectifs en utilisant les TIC?

Quelques approches utilisées

Les approches pédagogiques utilisées en sciences humaines relativement aux TIC sont nombreuses. D'abord, ces derniers servent d'outils de références riches en contenu. D'ailleurs, Hillis et Munro (2005) donnent une place importante à Internet pour l'accès aux documents. On peut donc plus facilement accéder à l'information en ligne de cette façon. À cela s'ajoute bien sûr les documents médias, comme les cédéroms et les DVD. Ils sont très populaires depuis au moins une quinzaine d'années en Écosse et dans plusieurs écoles européennes (Hillis et Munro, 2005). Néanmoins, pouvons-nous affirmer que c'est le cas ici aussi? De toute évidence, il existe présentement plusieurs ressources en ligne qui offrent le même support que les cédéroms. Wikisource, sur Wikipédia, en est un exemple.

Également, l'approche socioconstructiviste est utilisée. Hillis et Monro (2005) relatent des travaux d'élèves qui ont été réalisés en histoire, notamment en utilisant la vidéoconférence et la publication web. Cela semble présenter un potentiel intéressant pour les sciences humaines et non simplement l'histoire. Néanmoins, les outils technologiques de haut niveau peuvent quand même être utilisés. Poulin (2012) énonce entre autres dans une figure des outils comme le blogue et le wiki, qui se trouvent au plus haut niveau de la taxonomie de Bloom, soit dans la création. D'ailleurs, cette pyramide, reproduite à la figure 2, démontre aisément que certaines TIC peuvent facilement être adaptées à toutes sortes de contextes en classe.

external image bloom_synthese.gif
Figure 1 - La Taxonomie de Bloom (révisée)

external image teaching%20with%20technology-resized-600.png
Figure 2 - Taxonomie de Bloom, faisant référence aux TIC, telle qu'utilisée par Poulin (2012)

En géographie, une approche utilisée qui fait appel aux TIC et celle des systèmes d'information géographiques (SIG). Le programme MyCOE, institué en Afrique du Nord, en est l'exemple. Il vise donc, à l'aide des SIG, à la résolution de problèmes réels, visant le développement durable (Benimmas et Al., 2011). Cela dit, cette façon de faire est très proche de la réalité. En lien avec les programmes d'études du Nouveau-Brunswick, on peut facilement rejoindre les divers résultats d'apprentissage, tant sur le plan de la lecture de l'organisation du territoire, de l'explication d'enjeux et de l'éducation à la citoyenneté. Toutefois, les programmes sont souvent très complexes à utiliser si l'on est peu expérimenté. C'est d'ailleurs le problème des TIC en général.


Pour aller plus loin... Consultez les autres ressources comprises sur la page d'accueil de ce wiki. Aussi, si vous êtes intéressés à partager les vôtres, n'hésitez pas à vous abonner à ce wiki et à les publier.

Contributions à la page :