Aller à :
Introduction - Les TIC, est-ce réellement efficace? - Les approches gagnantes - Les TIC en sciences humaines - Conclusion - Bibliographie
Il serait utopique de penser que l'utilisation des TIC dans le processus d'apprentissage/enseignement soit le remède à tous nos maux. Cependant, il existe certaines pratiques qui permettraient d'améliorer les apprentissages en salle de classe. Ainsi, nous avons vu que pour les TIC, certaines approches sont meilleures que d'autres.

Précisons d'abord la clientèle cible. Ce sont, pour la plupart, des jeunes qui passent une bonne partie de leur temps à utiliser les TIC. Entre autres, ils auront recours aux réseaux sociaux et à toutes sortes d'applications. Alors, pourquoi ne pas en utiliser dans l'apprentissage?

Le rôle de l'enseignant

En fait, l'enseignant qui fait appel aux TIC a un rôle différent en salle de classe. Plusieurs auteurs (Hills et Munro, 2005; Webb, 2005) affirment que l'enseignant n'est pas le seul à connaître les réponses. Autrement dit, l'élève peut avoir de la rétroaction de la part de l'ordinateur (Webb, 2005). Il est donc facilitateur (Hillis et Munro, 2005). Autrement dit, l'enseignant ne doit pas être ultimement le seul à utiliser les TIC. Les élèves doivent donc être actifs dans la salle de classe.

Quoi qu'il en soit, l'attitude de l'enseignant envers les TIC aura beaucoup à faire (Webb, 2005). Si l'enseignant ne croit pas au préalable dans ce qu'il fait, l'efficacité de la leçon en question ne risque pas d'être significativement bonne comme elle le devrait normalement. Quoi qu'il en soit, l'enseignant doit bâtir sur sa confiance en les TIC, ainsi que sur ses compétences, avant de bien pouvoir se mettre à l'oeuvre.

Favoriser une meilleure mise en disposition

Webb (2005) présente dans son essai une variété de tableaux qui expliquent assez bien ce que la mise en disposition (affordance). De toute évidence, la mise en disposition est plus élevée lorsque la tâche est relativement bien expliquée et que les outils sont simples à utiliser pour les élèves. De cette façon, il est primordial de bien choisir les approches que les élèves pourront utiliser pour réaliser le travail. On peut vouloir avoir des outils très puissants, mais si l'élève n'a pas les capacités requises pour l'utiliser, l'effet positif envisagé n'aura pas lieu (Webb, 2005). Toutefois, savons-nous vraiment ce que l'élève peut faire à l'aide d'outils technologiques?

Toutefois, il faut éviter de tomber dans le piège de la facilité. Il faut que les tâches pour les élèves soient tout de même assez complexes, mais tout de même réalisables.

La pensée critique et l'éducation aux médias

Dans la section précédente, nous mentionnions le problème éthique relié à Internet. En fait, les TIC, étant souvent perçus comme des outils commerciaux très puissants dans l'appareillage de la publicité, on ne voit pas toujours le lien pertinent avec l'éducation à la pensée critique (Sasseville, 2004). Cela dit, le rôle de l'enseignant est plus important que jamais. Il doit enseigner à l'élève la pensée critique, afin que ce dernier puisse lui-même savoir ce qui est bon pour lui. Ceci est inévitable, étant donné que dans notre monde, nous sommes confrontés à cette réalité. L'élève, même si l'enseignant le cache du monde d'Internet, sera éventuellement exposé à cette réalité lorsqu'il sera de retour à la maison.

Étant donné cette perception un peu négative des TIC dans le développement de la pensée critique, peu d'auteurs ont abordé directement la question. Alors, voyons ce que les auteurs sur la pensée critique ont à dire. En fait, Vigneault (2003), mentionne que pour la développer, l'étonnement, le doute et la réflexion sont à la base de la pensée critique. Il est donc important que l'enseignant planifie des activités pédagogiques qui font appel à ces compétences, tout en utilisant les TIC. Évidemment, tout dépend de ce que l'on demande à l'élève de faire.

Ainsi, la pensée critique n'est pas acquise par osmose, lorsqu'on utilise les TIC. C'est donc à nous, en tant qu'enseignants, d'impliquer aux élèves cette culture de questionnement. Pour dire autrement, il fait que l'élève apprenne à se servir d'Internet et questionne ce qu'il voit. Les TIC peuvent être un bon terrain d'étude.


Pour aller plus loin... Consultez le blogue de Rémi Joncas sur les sciences humaines et les TIC. Accédez au site ici.

Contributions à la page :